Carte graphiques

Depuis novembre 2006, NVIDIA a sorti une nouvelle génération de cartes vidéos, nommées GeForce 8. Ce sont les premières cartes graphiques à prendre en charge DirectX 10 et leur architecture se rapproche réellement d'un énorme processeur parallèle 2 et pipeliné. À tel point que certaines descriptions techniques laissent penser que, "oui, finalement, ça fait aussi de la 3D si vous le lui demandez"[réf. nécessaire]. Les performances sont au moins deux fois supérieures à la génération précédente, si ce n'est plus avec le modèle 8800 Ultra3.

Depuis avril 2008, la firme au caméléon lance sa nouvelle gamme de cartes vidéos, nommées GeForce 9. Toujours Basée sur du Direct X 10 les Geforce 9 gagnent encore du terrain , la 9500 en entrée de Gamme , la 9600 en moyenne Gamme et la 9800 en haut de gamme , pour l'ultra haut de Gamme il y a la 9800 GTX et la 9800 GX2 , qui contient 2 GPU sur le meme PCB.

Depuis avril 2010 et ceux jusque fin 2010 , la GTX 480 (suivie de sa petite sœur la GTX 470, puis des GTX 465 et GTX 460) fut la carte mono-GPU la plus puissante du marché. Cependant ATI garda la carte la plus puissante du moment avec la Radeon HD 5970 (double-GPU).

Enfin depuis début octobre 2010, Nvidia commercialise la révision de son GF100 ( qui équipait les GTX 4xx) : le GF110. Il corrige les principaux défauts de l'original, à savoir chauffe importante et meilleur rendement de production4, et permet à la société d'utiliser pleinement son GPU (qui était auparavant limité à 480 unités actives sur 512). Ce "nouveau" GPU équipe désormais les GTX580, 570, 560Ti ( version légèrement différente, le GF114 )et autres GTX550Ti (équipées pour le coup, du GF116). Enfin les améliorations apportées permirent à Nvidia de sortir la GTX590, version biGPU sous-clockée de la GTX580, dans le but de concurencer AMD qui allait lancer quelques temps àprès la Radeon HD6990 ; cette dernière sera finalement plus performante (d'une courte tête) que la Gefore mais au prix de nuisances sonores extrèmement élevées5.

De nos jours, NVIDIA et AMD (anciennement ATI) prétendent tous deux fournir la solution la plus performante sur le marché des GPU. Pour NVIDIA, avec le Quad-SLI. Le Quad SLI consiste à coupler quatre GeForce (ou désormais deux GeForce GTX 590). Cependant le Quad-SLI est concurrencé par les cartes AMD en CrossFireX, de plus en plus performantes. Nvidia possède aussi son kit stéréoscopique "Nvidia 3D Vision" qui permet avec une kit récepteur / lunette d'afficher une 3D profonde ( impression de profondeur dans l'écran ) mais le kit demande aussi un Écran 120 Hz minimum ( mais est maintenant disponible sur le web et sur une TV compatible).Cette dernière tecnologie s'oppose à la HD3D présentée récemment par AMD. Aussi les concurents s'affronte sur le segment de multi-monitoring (Surround et 3D-Surrond, 3 écrans chez Nvidia et EyeFinity chez AMD). Il va sans dire que NVIDIA et AMD se livrent une guerre sans merci pour le contrôle du marché des cartes graphiques dédiées.


La réelle remontée de ATI vint tout d'abord de sa Radeon 8500, lancée à la rentrée 2001. Cette carte, très performante et rivalisant sans peine avec la GeForce3 de son éternel concurrent, connut néanmoins un succès mitigé en raison encore une fois de ses drivers. Ensuite, ATI laissa le champ libre à nVidia durant la première partie de l'année 2002, laissant la firme au caméléon sortir la GeForce4, simple évolution de la version 3. À l'inverse de son concurrent, ATI a développé, en collaboration avec Microsoft, un tout nouveau processeur graphique, reposant sur une architecture inédite et tirant entièrement parti de la dernière version de DirectX, DirectX 9. Ce GPU, dont le nom de code était R300, fut lancé à la rentrée 2002, sur la fort connue 9700 Pro. Cette puce écrasa totalement les GeForce4 de son concurrent direct, autant en termes de performances que de fonctionnalités, et, avec le recul, on peut affirmer que la 9700 Pro était, sans doute aucun, très en avance sur son temps. Bousculé par cette sortie fulgurante et inopinée, et dégoûté de se voir ravir sa place de géant de la 3D, nVidia répliqua avec une GeForce FX sortie plus tôt que prévue. Certains n'hésitent pas à parler d'une sortie "bâclée", cette carte ayant des performances moindres que la carte du canadien. Ravi de voir sa côte remonter auprès du grand public, ATI récidiva en sortant en avril 2003 la carte qui sera sa plus grande vente : la Radeon 9800 Pro. Une simple évolution de la 9700, certes, mais avant tout une carte incroyablement rapide, finalisée, silencieuse et redoutable sous DirectX 9. La 5900 Ultra de nVidia n'y fera rien, ATI gardera sa place de leader de longs mois durant. De plus, le prix de la 9800 Pro, originellement de 400$ (prix d'une carte haut de gamme à sa sortie), fondit comme neige au soleil pour se retrouver très vite aux alentours de 200$. Cette baisse phénoménale fut un véritable coup de génie de la part de la société canadienne : des centaines de milliers de cartes s'écoulèrent en quelques semaines, tout le monde se l'arracha (littéralement, certaines scènes furent cocasses), véritable haut de gamme à un prix défiant toute concurrence, à un tel point que la 9800 Pro gagna vite le statut de "mythe", et réalisa la meilleure vente de carte graphique jamais vue depuis bien des années.

Mais nVidia ne se laissa pas en difficulté très longtemps. Ainsi, en avril 2004, les deux compères sortirent quasi-simultanément leur nouvelle génération de cartes haut de gamme : ATI avec sa série de Radeon "X" (X800 tout d'abord), un dérivé des 9800 Pro, elles-mêmes basées sur les 9700 Pro. nVidia, tout au contraire, sortit une architecture inédite avec ses GeForce série 6 (la 6800 Ultra en est la plus puissante). Performances brutes basées sur une ancienne génération de la part du canadien contre une architecture radicalement nouvelle et tournée vers l'avenir, en quelque sorte. Néanmoins, les cartes, une fois de plus, étaient équivalentes en termes de performances[réf. souhaitée] (à prix égal), et les deux concurrents réalisèrent des scores de vente comparables, déclinant en moult versions différentes leurs deux nouvelles familles de processeurs graphiques (X800XT,PE, Pro, XL, GT, X850XT PE, X700XT et Pro, X600XT et Pro, X300, SE, etc. et 6800 Ultra, GT, LE, 6600 GT, 6600, 6200, 6200 TC… les produits ne manquent pas !).

nVidia a sorti en juin 2005 son nouveau processeur graphique ultra haut de gamme : la GeForce 7800 GTX, reprenant l'architecture des 6800 (à la manière d'ATI avec les 9700 Pro et consorts). ATI a préféré reporter à octobre 2005 la sortie de sa nouvelle carte, la X1800, complètement différente des précédentes (comprendre : nouvelle architecture, donc risques éventuels). La meilleure carte actuelle provenant de chez ATI se nomme la X1950XTX qui en CrossFire arrive à rivaliser face aux nVidia Geforce 7950GX2 en Quad-SLI. ATI et son concurrent nVidia prétendent tous deux fournir "la" carte la plus performante du marché.

Malgré une mauvaise réputation, les drivers ATI s'améliorèrent grandement avec l'arrivée des Radeon 9700 Pro, notamment sous Microsoft Windows. Sous Linux, la situation est moins rose et les drivers sont toujours quelque peu à la traîne par rapport à ceux de nVidia bien que des améliorations notables arrivent. Avec l'arrivée des pilotes 8.42, les performances sous Linux sont comparables à celles obtenues sous Microsoft Windows. De plus ces pilotes permettent d'utiliser AIGLX afin d'obtenir des effets 3D.